Les rimes de tenir



Rimes avec tenir

Définition de tenir |

Définition:

° Action dont le résultat est de prendre quelque chose. - Je tiens son livre. - Je tiens à ce que tu viennes demain. - Je tiens à toi. ° Avoir à la main, avoir dans les mains, entre les bras, de manière à ne pas laisser aller. - Tenir un livre. - Tenir une épée. - Tenez bien cela, tenez- le ferme, tenez-le serré. - Tenir quelqu’un par le bras, par le corps. - Tenir les rênes des chevaux. - Tenir des chiens en laisse. - Tenir un enfant par la main. - Tenir le gouvernail d’un vaisseau. ° (fam) rire - Se tenir les côtes de rire, Rire démesurément. - Tenir quelqu’un à la gorge, Lui serrer la gorge avec les mains; et, figurément, Le réduire dans un état à ne pouvoir faire aucune résistance à ce qu’on exige de lui. - On dit à peu près dans la même acception : - Tenir le pied sur la gorge à quelqu’un. On dit aussi figurément : - Tenir le couteau, le poignard sur la gorge à quelqu’un. ° (fig) et (fam) laisser, ne pas laisser - Tenir quelqu’un le bec dans l’eau, Le laisser toujours dans l’attente de quelque chose qu’on lui fait espérer; Le tenir dans l’incertitude, en ne lui donnant pas de réponse positive. - Tenir quelqu’un de court, Ne pas lui laisser la liberté de faire ce qu’il voudrait. ° (fig) et (fam) diriger, gouverner - Tenir quelqu’un en lisières, Le mener, le gouverner comme un enfant. - Tenir la queue de la poêle se dit de la Personne chargée du soin principal du ménage, qui en a la direction, et dans un sens plus général de Celui qui a la haute main sur une affaire. ° (fig) et (fam) bavarder - Tenir la chandelle. Voyez « chandelle ». ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Tenir le bon bout, Avoir la position la plus avantageuse dans une affaire. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir le fil d’une intrigue, En avoir saisi le nœud, le secret. - On dit aussi : - Tenez- vous le fil de son raisonnement ? - Je tiens la clef de l’énigme. - Tenir la plume, Faire les fonctions de secrétaire. - Tenir des propos, Proférer des paroles désobligeantes sur le compte de quelqu’un. ° Au jeu de cartes, - Tenir les cartes, Les mêler et les distribuer ensuite. ° Au jeu de Dés, - Tenir les dés, tenir le cornet, avoir la main pour jeter les dés. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Tenir le dé dans la conversation, S’en rendre le maître. - Il faut le tenir à quatre se dit en parlant d’un Fou, d’un furieux, qui ne peut être contenu que par les efforts réunis de plusieurs personnes. - Il se dit au figuré en parlant d’un Homme difficile et emporté qu’on a de la peine à contenir, à empêcher de faire des violences. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Se tenir à quatre, Faire un grand effort sur soi-même pour ne pas éclater, pour ne pas se mettre en colère. ° Absolument, - Tenez, Prenez ce que je vous présente. - Tenez se dit aussi, dans le langage familier, uniquement pour attirer l’attention. - Tenez, tout ce que vous me dites là ne me touche pas. Il se dit également pour avertir de prendre garde à quelque chose, et dans le même sens qu’on a coutume de dire : Voyez. - Tenez, le voilà qui passe. On dit de même : - Tiens. - Tiens, le voilà qui passe. Pour marquer la surprise, - Tiens, je ne m’attendais pas à cela. - Tiens, tiens, vous voilà. ° (prov) (ébauche-déf|fr) - Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras La possession d’un bien présent, quelque modique qu’il soit, vaut mieux que l’espérance d’un plus grand bien à venir, qui est incertain. ° (prov) (ébauche-déf|fr) - Il vaut mieux tenir que courir, La possession d’un avantage modique vaut mieux que la poursuite d’un bien plus considérable. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Cet homme tient bien ce qu’il tient, Il n’est pas aisé de lui faire lâcher prise; ou bien Il est avare. - Tenir un enfant sur les fonts baptismaux, En être le parrain ou la marraine. ° En termes de Manège, - Tenir un cheval, Le maintenir dans les différents exercices auxquels on le soumet. - Tenir un cheval en main, en bride. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Tenir quelqu’un en bride, L’assujettir, l’arrêter, le retenir. - Tenir un cheval dans la main, En être toujours le maître. ° En termes de courses, - Tenir la corde, Faire courir son cheval le plus près possible de la corde qui borne le champ de course, de manière à lui faire faire le plus petit parcours possible. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Tenir la corde, Avoir dans une affaire l’avantage sur ses concurrents. tenir (t) ° Signifie encore être maître de, avoir en son pouvoir. - On tient les assassins. - Je vous tiens. - L’ennemi tient les hauteurs. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Je tiens mon homme, je le tiens, Je l’ai amené dans le piège; Je l’ai réduit en tel état qu’il ne peut plus tergiverser, qu’il ne peut plus trouver d’échappatoire. - Il a beau faire à présent, je le tiens. tenir (t) ° Se dit aussi des Choses et signifie Retenir, empêcher de s’en aller, de tomber. - C’est cette chaîne qui tient l’ancre. - Cette corde tient le seau. - Ce tableau est tenu par un clou. - Ce tonneau tient bien le vin, ce seau tient bien l’eau, Il ne fuit pas. ° En termes de Musique, - Tenir l’accord, Conserver l’accord, rester accordé. - Ce piano tient bien l’accord. tenir (t) ° Signifie aussi Posséder, occuper. - Tenir un pays en souveraineté. - Tenir une terre en fief. - Tenir un bénéfice en commende. - Tenir une terre à ferme, à bail. - Ce prince ne tint l’empire que peu de temps. - Cet officier, ce commandant tient telle ville, telle place de guerre pour le prince, pour le service de tel prince s’est dit pour signifier Il y commande, il la garde pour les intérêts du prince; cette expression se disait ordinairement quand on parlait de temps de troubles, de temps de guerre, ou quand il s’agissait de droits contestés. - Il se jeta dans la place et la tint pour le roi, pour le service du roi. tenir (t) ° Signifie, au figuré, être redevable d’une chose à quelqu’un, lui en avoir l’obligation. - Tout ce qu’il a, il le tient de votre libéralité. - C’est de vous qu’il tient son avancement, sa fortune. - C’est d’un tel qu’il tient tout ce qu’il sait. - Tenir la vie de quelqu’un, Lui avoir obligation de la vie. - On dit aussi - Ceux dont ou - De qui je tiens la vie, Mon père et ma mère. - Tenir quelque chose de quelqu’un, L’avoir appris de quelqu’un. - De qui tenez-vous cela ? - C’est une nouvelle que je tiens de bonne part, de bonne source, de quelqu’un bien informé. - Tenir une chose de race, de naissance se dit en parlant d’une Chose qui s’est transmise avec le sang, et qu’on a reçue de ses ancêtres, qu’on a apportée en naissant. - Ils sont tous braves dans cette maison-là, ils tiennent cela de race ou, simplement, - Ils tiennent de race. - Tenir quelque chose de son père et de sa mère, Leur ressembler en cette chose. - Il est timide et a l’air embarrassé, il tient cela de son père. - Il tient beaucoup de son père, il en a tous les traits. On dit absolument : - Tenir de son père et de sa mère. Voyez « tenir, verbe intransitif ». tenir (t) ° Se dit encore des maladies tant du corps que de l’esprit, et de différentes passions de l’âme dont on est comme possédé ou saisi. - Il y a longtemps que ce mal-là le tient, que la fièvre le tient. - Quand son accès le tient. - Sitôt que sa colère le tient, il n’est plus maître de lui. - Qu’a-t-il, qu’est-ce qui le tient ? Quel sujet, quelle raison a-t-il d’agir ainsi ? - On dit de même : - Je sais ce qui le tient. tenir (t) ° Signifie aussi Occuper, remplir, en parlant de l’Espace. - Serrez-vous un peu, vous tenez trop de place. - Les voitures tiennent toute la largeur du chemin. - Une forêt qui tient dix lieues de long. - Les épisodes tiennent la moitié de ce poème. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir lieu d’une personne, d’une chose, La remplacer, la suppléer. - Vous m’avez tenu lieu de père. - L’économie tient lieu de richesse. ° En termes de Guerre, - Cette armée tient la campagne, Elle est en campagne, en état de s’opposer aux ennemis ou de les attaquer. ° En termes de marine, - Tenir la mer, Naviguer, courir en haute mer, loin des ports et des rades. - Cette flotte tient la mer. - Ce navire a été endommagé, il n’est plus en état de tenir la mer. - Ce navire tient bien la mer, Ses conditions de navigabilité sont bonnes. - Tenir la mer signifie aussi être maître de la mer. - Nous étions maîtres du continent, mais les Anglais tenaient la mer. - Tenir le plus près, tenir la cape, Naviguer au plus près du vent, à la cape. - Tenir le travers, Recevoir la mer par le travers. tenir (t) ° Se dit encore en parlant de certains lieux que l’on occupe, de certaines choses dont on fait métier ou profession, pour l’utilité et la commodité du public. - Tenir auberge. - Tenir boutique. - Tenir pension. - Tenir école. - Tenir table ouverte, Recevoir à sa table beaucoup de personnes, même celles qui n’ont pas été invitées. - Tenir des marchandises, En avoir un assortiment, en vendre. - Tenez-vous de l’épicerie, de la mercerie ? - Ce marchand tient de tout. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir école d’une chose, L’enseigner, travailler à la répandre. - On l’accusa de tenir école d’athéisme. tenir (t) ° Se dit en parlant de l’Ordre dans lequel les personnes ou les choses sont placées, du rang qu’elles occupent, soit en fait, soit dans l’opinion des hommes. - Il faut que dans les corps, dans les compagnies chacun tienne son rang. - La libéralité tient le milieu entre la prodigalité et l’avarice. - Tenir le premier rang. - Tenir le haut bout, le haut du pavé. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir bien son rang, sa place, son poste, Occuper dignement l’emploi où l’on est, l’exercer avec dignité, avec capacité. tenir (t) ° Se dit en parlant d’un Emploi qu’on occupe, d’une fonction qu’on remplit. - Il avait tenu des emplois considérables. - Il tenait alors le sceau. ° En termes de Théâtre, - Tenir un rôle, Le remplir. - Il tient le principal rôle avec distinction. ° En termes de Musique, - Tenir sa partie, Chanter ou jouer sa partie. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Tenir bien sa partie, S’acquitter bien de ce qu’on doit, faire bien ce qu’on a à faire dans l’emploi qu’on remplit. - Tenir l’orgue, Jouer de l’orgue dans une cérémonie. - On dit dans un sens analogue : - Tenir le piano. tenir (t) ° Se dit en parlant des assemblées, des fonctions publiques, soit ordinaires, soit extraordinaires, qui regardent le gouvernement et la politique d’un état. - Le pape tenait consistoire. - On tenait les états tous les ans en Languedoc. - Les jours que le roi tenait conseil. - Tenir audience. - C’est tel président qui tient - Cette année la chambre des vacations. - C’est dans cette salle que l’Académie tient ses séances. - Tenir garnison dans une ville, Y être en garnison. - Ce régiment tient garnison à Orléans. tenir (t) ° Signifie en outre Mettre et garder en quelque lieu. - Il tient son argent en lieu sûr. - Il faut tenir cela à la cave pour le conserver. - Il tient tous ses papiers sous clef. - C’est un homme qu’on tient enfermé depuis un certain temps. - On le tient en prison. - Tenir quelqu’un chez soi, L’avoir chez soi. - Puisque nous vous tenons ici, nous ne vous laisserons pas partir de sitôt. tenir (t) ° Signifie encore Contenir, renfermer ou être susceptible de contenir, de renfermer. - Cette salle tient mille personnes. - Ce corps de bibliothèque tient cinq cents volumes. - Cette grange peut tenir dix mille gerbes. - Une bouteille qui tient soixante-quinze centilitres. ° Il signifie également Retenir, arrêter, empêcher de faire, de dire. - C’est un homme qui ne peut tenir sa langue. - Quand il est une fois en train de parler, rien ne peut le tenir. - Il est si vif, si remuant, qu’on ne saurait le tenir. - Il ne saurait se tenir de parler. - Je ne pus me tenir de lui dire que cela n’était pas bien. - Je ne sais qui me tient que je ne me fâche contre lui, Je ne sais qui m’empêche, qui me retient. - Il n’y a parenté, amitié, etc., qui tienne, Il n’y a aucune considération de parenté, d’amitié, etc., qui empêche que… - Il n’y a crédit ni richesses qui tiennent : il faut le condamner s’il a tort. tenir (t) ° Signifie aussi Maintenir, conserver, entretenir; faire qu’une personne ou qu’une chose demeure dans un certain état, dans une certaine situation. - Tenir les enfants dans un très grand respect, les tenir dans une grande sujétion. - Tenir les peuples dans le devoir. - Tenir les esprits en suspens. - En attendant que je revienne, tenez les choses en état, en bon état. - Tenir quelqu’un en échec. - Tenir l’équilibre entre deux partis. - Cette nouvelle le tient éveillé. - Tenir sa maison propre. - Cette femme tient bien ses enfants. - Tenir une ville bloquée, une place assiégée. - Tenir les portes fermées. - Tenir les fenêtres ouvertes. - Cela tient frais. - Tenir les yeux ouverts, les yeux baissés. - Tenir les mains jointes. - Tenir la tête droite. - Tenir la bride haute, la bride courte à un cheval. - Ce château, cette place de guerre tenait le pays en respect, Tout le pays était en quelque sorte sous sa domination, sous sa dépendance. - Ce corps de troupes a tenu les ennemis en respect, Par la position qu’il occupait, et par son attitude, il les a empêchés de faire aucune entreprise. - Tenez-vous en repos se dit à une personne qui importune par ses gestes, par ses allées et venues. - Tenir en haleine. Voyez « haleine ». - Tenir une chose secrète, Garder le silence à son sujet, n’en point parler. - On convint de tenir l’affaire secrète. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Tenir la dragée haute à quelqu’un, Lui faire attendre longtemps ce qu’il désire, ce qu’on lui a promis, ou Lui faire payer cher quelque avantage, quelque plaisir. ° En termes de Musique, - Tenir le son, Ne pas le laisser faiblir. tenir (t) ° Signifie également, au figuré, Occuper durant quelque temps. - C’est une cérémonie qui est longue, elle vous tiendra longtemps. - Il nous a tenus deux heures à ne rien faire. - Je ne vous tiendrai guère. - Cela m’a tenu plus que je ne pensais. - Cet avocat tint toute l’audience. - C’est un poste où l’on est très tenu. ° Il signifie encore. - Réputer, estimer, croire. - Je tiens cela vrai, pour vrai, puisque vous le dites. - Je tiens ces deux opinions également soutenables. - Je tiens que cela a besoin d’explication. - Je tiens l’affaire faite à l’heure qu’il est. - Je le tiens honnête homme, je le tiens pour honnête homme. - Je le tiens pour mon ami. - Si - Vous venez me voir, je tiendrai cela à honneur. - Il tient ce propos à injure. - Je me tiens heureux d’avoir pu vous servir en quelque chose. - Il ne se tient pas encore pour battu. - Je me tiens pour satisfait. - Il tient pour constant, pour démontré que… Je tiens pour maxime que… - Je me le tiens pour dit, Il n’est pas besoin que vous m’en avertissiez davantage, que vous m’en fassiez davantage souvenir. - Tenez-vous- le pour dit. On dit de même : - Tenez-vous pour dit que…, Soyez assuré que… ou Souvenez- vous que… tenir (t) ° Signifie aussi Professer. - Les maximes qu’ils tiennent sont opposées aux nôtres. ° Il signifie de plus Saisir par l’esprit, par l’intelligence. - Je tiens la solution de ce problème. - Je tiens le mot de l’énigme. - Je tiens le sens de ce passage. ° Il s’emploie encore dans diverses expressions particulières : - Tenir un chemin, une route, Suivre un chemin, une route, aller par un chemin, par une route. - Quel chemin tiendrez-vous ? - Il y a diverses routes à tenir. - Tenir une bonne conduite, une mauvaise conduite, Se conduire bien, se conduire mal. - Il tient une étrange conduite depuis quelque temps. - Tenir le milieu dans une affaire, Prendre une position intermédiaire entre deux choses opposées. - Tenir le parti de quelqu’un, Suivre le parti de quelqu’un, être du parti de quelqu’un. - Tenir des discours, tenir des propos, tenir un langage, Parler d’une certaine façon, avancer certains propos, dire certaines choses. - Il tient des discours bien hasardés. - Aux propos qu’il me tint, je vis bien qu’il ne fallait rien attendre de lui. - Vous me tenez un langage qui me surprend. - Tenir sa parole, tenir sa promesse, Exécuter ce qu’on a promis. - Je vous tiendrai ce que je vous ai promis. - Vous ne m’avez pas tenu parole. ° (prov) (ébauche-déf|fr) - Promettre et tenir sont deux. - Tenir son sérieux, Garder son sérieux. - Tenir rigueur à quelqu’un, Persister à ne pas le voir, ou à le traiter avec froideur, malgré les avances qu’il fait pour rentrer en grâce, pour renouer les liens qu’on avait avec lui. ° En termes de Jeu, - Tenir la banque, Jouer seul contre tous les autres joueurs. - Tenir la caisse chez un banquier, dans une maison de commerce, etc., être chargé du soin de recevoir l’argent et de payer pour un banquier, dans une maison de commerce, etc. - Tenir les livres chez un banquier, dans une maison de commerce, etc., être chargé du soin de la comptabilité chez un banquier, dans une maison de commerce, etc. - Tenir registre de quelque chose, écrire quelque chose dans un registre. - Tenir note de quelque chose, En prendre note pour s’en souvenir. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Cet homme tient registre de tout, Il remarque tout exactement, et il s’en souvient. - Tenir compte d’une somme à quelqu’un, Lui passer cette somme en compte. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Je vous tiendrai compte de cela, Je saurai reconnaître les obligations que je vous ai. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Ne tenir compte, ne tenir aucun compte de quelqu’un, de quelque chose, N’en faire point de cas, ne s’en pas soucier. - Je lui donne des conseils, mais il n’en tient pas compte. - Depuis son arrivée au pouvoir, il ne tient aucun compte de ses anciens amis. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir tête à quelqu’un, Lui résister, ne pas lui céder. - Si vous voulez agiter cette question avec lui, vous trouverez un homme qui vous tiendra tête. - Il cède dès qu’on lui tient tête. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir la main à quelque chose, Veiller de près à ce qu’on l’exécute, à ce qu’on l’exécute bien. - Je vous réponds que la chose se fera, je me charge d’y tenir la main. Par extension, - Il ne faut pas que cet abus se reproduise, tenez-y la main. - Faire tenir des lettres, faire tenir des effets, faire tenir de l’argent, Faire remettre, transmettre des lettres, faire que des effets soient remis, faire toucher de l’argent. - Tenir un pari, une gageure, Soutenir un pari, une gageure. tenir (t) ° S’emploie aussi comme verbe intransitif et signifie être attaché à quelque chose, être difficile à ôter, à arracher ou à déplacer. - Sa chemise lui tient au dos. - Le vent empêche la gelée de tenir sur les arbres. - On ne saurait arracher ce clou, il tient trop bien. - Son chapeau ne tient pas sur sa tête. - Cela tient à chaux et à sable. - Tout cela tient bien ensemble. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Cette chose ne tient qu’à un fil, Elle ne tient plus qu’à peine, la moindre cause peut la détruire, l’empêcher. - Sa vie ne tient qu’à un fil, Il est sur le point de mourir. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Ne tenir à rien se dit d’une Position précaire. - Sa position dans cette maison ne tenait à rien. - Un petit accident renversa cette fortune qui ne tenait plus à rien. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Cette affaire lui tient au cœur, Il y est très attaché, il s’y intéresse vivement. - Cette injure lui tient au cœur, Il en a du ressentiment. ° (fig) , en termes de Dévotion, - Il ne tient plus à la terre, Il est détaché des choses de ce monde. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir à quelqu’un, Lui être attaché par quelque lien d’intérêt, d’amitié, de reconnaissance, etc. - Il tient à cet homme-là par beaucoup de liens. - C’est un homme qui ne tient à personne. - Il tient à ce parti par des raisons de famille. - C’est un employé auquel nous tenons. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Tenir à la vie, à l’argent, à son opinion, etc., Y être extrêmement attaché. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Je tiens à vous convaincre de mon innocence, J’en ai un extrême désir. tenir (t) ° Signifie figurément Dépendre, résulter, provenir de. - Cet événement tient à telle cause. - Il est fort timide, cela tient à ce qu’il manque d’usage. - Ce vice de prononciation tient à un défaut de l’organe. ° Il se dit aussi impersonnellement des conditions qui permettent ou empêchent de faire quelque chose. - À quoi tient-il que nous ne partions ? - Il ne tient pas à moi que cela ne se fasse. - Je ne sais à quoi il tient que je ne l’abandonne tout à fait. - Il tint à peu de chose, il ne tint à rien que je ne lui fisse un affront. - Qu’à cela ne tienne. Quelquefois, quand on dit : - Il ne tient pas à une personne que telle chose ne se fasse, on veut faire entendre, non seulement qu’elle n’y apportera point d’obstacle, mais même qu’elle y contribuera de tout son pouvoir. - Il ne tient pas à moi qu’un tel n’ait satisfaction. - Il ne tiendra pas à moi qu’il ne réussisse dans son projet. tenir (t) ° Signifie encore être contigu. - Ma maison tient à la sienne. - Mes terres tiennent aux vôtres. ° Il signifie aussi Résister, tant au propre qu’au figuré. - Ce bâtiment ne saurait tenir à la mer, tenir contre les vagues. - Cette place ne peut pas tenir plus de huit jours. - Tenir contre des forces supérieures. - Ce pays a tenu jusqu’au succès final, jusqu’au bout. - Il joue trop bien, il n’y a pas moyen de tenir contre lui. - On ne peut pas tenir contre ses prières, contre ses raisons. - Cette étoffe ne tient pas à la pluie. - La température est étouffante, on n’y peut pas tenir. Absolument, - Il faut tenir, il ne s’agit que de tenir. - N’y plus tenir, Ne plus pouvoir résister. - Je n’y tiens plus : Il faut que je le voie. - Tenir bon, tenir ferme, Résister, se défendre. - Il a tenu bon quinze jours dans ce poste si difficile à défendre. - Ce bataillon tint ferme jusqu’à ce qu’on amenât des renforts. Ces expressions s’emploient aussi figurément et signifient Ne pas se relâcher, ne pas se laisser aller aux persuasions d’autrui. - Il ne vous offre pas assez de votre maison; tenez bon, il vous en donnera un prix raisonnable. tenir (t) ° Signifie également Subsister sans aucun changement, sans aucune altération, demeurer dans un certain état. - Il faut que le traité tienne. - Notre marché tient. - Son ondulation ne tient pas. - Ce meuble ne tient pas debout. ° (fig) , et (fam) (ébauche-déf|fr) - Cela ne tient pas debout, Cela est sans raison, sans valeur. - Ce raisonnement ne tient pas debout. - Cette couleur ne tient pas, Elle n’est pas solide, elle s’en va rapidement. - Le temps ne tiendra pas, Le temps ne restera pas beau comme il est. ° En termes de Chasse, - Les perdrix ne tiennent pas, Elles n’attendent pas, elles partent aussitôt. tenir (t) ° Signifie encore être compris, contenu dans un certain espace. - Tous vos meubles ne peuvent pas tenir dans cette chambre. - Tout le monde ne peut pas tenir ici. - Ce que j’ai à dire tient en peu de mots. Impersonnellement, - Il tiendrait tant de milliers de gerbes dans cette grange. tenir (t) ° suivi de. - De, en parlant d’un Enfant par rapport à ses parents, signifie Leur ressembler par la figure, les manières, les goûts, le caractère, etc. - Cet enfant tient de son père. - Il a de qui tenir se dit d’un Enfant qui ressemble en quelque chose à son père ou à sa mère. - Il est remarquablement doué, il a de qui tenir. - Il est brave, il a de qui tenir. tenir (t) ° Signifie aussi Participer; offrir une ressemblance, avoir un rapport avec quelque chose. - Cette architecture tient du gothique. - Ce style tient un peu du burlesque. - Cet événement tient du prodige. - Le mulet tient de l’âne et du cheval. ° Précédé de. - En, il signifie être touché, être affecté. - Il en tient pour cette jeune fille, Il en est amoureux. ° En termes de Chasse, - Cette perdrix en tient, Elle a été atteinte. tenir (t) ° S’emploie ainsi, familièrement, au figuré. - L’interpellation a fait grand effet : le Ministère en tient. ° Suivi de. - Pour, il signifie être partisan de, être d’un sentiment, d’une opinion; croire au succès de quelqu’un, de quelque chose. - Tenir pour quelqu’un, pour une opinion. se tenir (t) ° Signifie Se prendre, s’attacher, se retenir à quelque chose pour s’empêcher de tomber. - Il se tint à une branche. - Il se tenait aux crins du cheval. - Se tenir à la rampe pour descendre un escalier. ° (fig) (ébauche-déf|fr) - Se tenir, s’en tenir à quelque chose, S’y arrêter, s’y fixer de telle sorte qu’on ne veuille rien de plus. - Je me tiens, je m’en tiens à votre décision. - Je m’en tiens là, je n’en veux pas savoir davantage. - Savoir à quoi s’en tenir, Savoir ce qu’on doit penser d’une chose; avoir une opinion arrêtée. - Se tenir à peu de chose, se tenir à peu, S’arrêter, se fixer tellement aux propositions, aux offres qu’on a faites d’abord que, quoiqu’il s’agisse de peu de chose de plus ou de moins, on ne veuille pas céder. - Ils se tiennent tous deux à peu de chose. - Vous vous tenez à vingt francs sur un marché de mille francs. - Il se tient à une vétille dans une affaire qui peut faire sa fortune. On dit dans le même sens : - Se tenir à rien, Se tenir à très peu de chose. ° En termes de jeux de cartes : - Je m’y tiens, Je me contente des cartes que j’ai, je n’en demande pas d’autres. se tenir (t) ° Signifie encore être, demeurer dans une certaine situation, dans un certain état. - Se tenir toujours propre. - Se tenir caché. - Se tenir tranquille. - Se tenir à genoux, debout, droit, courbé. ° (fig) et (fam) (ébauche-déf|fr) - Se tenir les bras croisés, Rester oisif lorsqu’il faudrait travailler, demeurer dans l’inaction lorsqu’on devrait agir. ° Par forme de menace et (fam), - Vous avez offensé un homme qui ne pardonne jamais; vous n’avez qu’à vous bien tenir. On dit aussi, par forme d’avertissement, - Tenez-vous bien, Prenez garde à vous, tenez-vous sur vos gardes, prenez les moyens nécessaires pour vous défendre. se tenir (t) ° Signifie également Avoir un maintien, une attitude. - Se tenir bien, se tenir mal. - Cet enfant se tient mal à table. - Se tenir bien à cheval, Y être ferme et de bonne grâce. - Dans le sens opposé, - S’y tenir mal. ° (fam) (ébauche-déf|fr) - Il ne sait comment se tenir, Il ne sait quelle attitude prendre, quel maintien avoir. se tenir (t) ° Signifie aussi être, demeurer dans un certain lieu. - Tenez-vous là et n’en bougez. - Tenez-vous auprès de moi. - Il s’est tenu pendant une heure sur la terrasse au soleil. - Se tenir à sa fenêtre. - Il se tient tous les matins dans sa chambre. se tenir (t) ° Se dit aussi en parlant d’assemblées publiques ou particulières, de foires, de marchés, et signifie Avoir lieu. - Cette assemblée se tient trois fois la semaine. - Cette foire, ce marché se tient ordinairement en tel endroit. - Il se tint un conseil entre eux. ° Il signifie encore, figurément, être lié, s’enchaîner. - Une philosophie, un système où tout se tient.


Toutes les rimes : Rimes riches, rimes suffisantes, rimes pauvres) avec tenir
Rimes riches ou suffisantes avec tenir
abstenir | advenir | agonir | agonirent | alunir | aplanir | appartenir | assainir | atteignirent | avenir | avenir | avenirs | bannir | bannirent | bénir | bonir | bonnir | brunir | brunirent | circonvenir | contenir | contrevenir | convenir | craignirent | définir | dégarnir | démunir | dépeignirent | désunir | désunirent | détenir | devenir | devenir | dévernir | entretenir | éteignirent | étreignirent | feignirent | finir | finirent | fournir | fournirent | garnir | garnirent | hennir | hennirent | honnir | intervenir | jaunir | joignirent | maintenir | menhir | menhirs | munir | obtenir | parvenir | plaignirent | prémunir | prévenir | provenir | punir | rabonnir | racornir | rajeunir | redéfinir | redevenir | regarnir | rejoignirent | rembrunir | ressouvenir | retenir | réunir | réunirent | revenir | revernir | soutenir | souvenir | souvenir | souvenirs | subvenir | survenir | tenir | ternir | unir | unirent | venir | vernir |
Rime pauvre - Une rime est dite : pauvre lorsque le seul phonème rimant est la voyelle tonique finale :
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux

Baudelaire, op. cit.
? Rime pauvre /o/ (un phonème).
Rime suffisante - Une rime est dite : suffisante lorsque deux phonèmes seulement sont répétés (dont la dernière voyelle tonique) :
Si mystérieux (avec diérèse : /misterijø/ et non /misterjø/)
De tes traîtres yeux

Baudelaire, op. cit.
? Rime suffisante /jø/ (deux phonèmes)
Rime riche - Une rime est dite : riche lorsque la répétition porte sur trois phonèmes ou plus (incluant la dernière voyelle tonique) :
D'aller là-bas vivre ensemble !
[...]
Au pays qui te ressemble !

Baudelaire, op. cit.
? Rime riche /s?~bl/ (quatre phonèmes) ;




Formulaire de recherche d'une rime Trouver des rimes
Saisissez simplement un mot pour trouver sa rime et validez sur Chercher.



tenir
Etendez votre recherche :
Citations tenir | Phrases tenir | Poèmes tenir | Proverbes tenir | Citations sur tenir | Rime avec tenir |


Rime en aRime en ableRime en abRime en arbreRime en aceRime en acRime en acleRime en acreRime en acreRime en adRime en adeRime en afeRime en afRime en agRime en ageRime en agneRime en agueRime en aireRime en aimeRime en aineRime en ainRime en ailleRime en aiseRime en aiRime en ailRime en aitreRime en aitRime en akRime en aqueRime en alRime en aleRime en alleRime en ameRime en amRime en amourRime en ambreRime en alexandrinRime en aldRime en ateRime en allemandRime en anRime en anglaisRime en antRime en anteRime en aneRime en ancheRime en angeRime en anseRime en apeRime en apRime en aqueRime en arRime en areRime en ardRime en ardeRime en arleRime en arlRime en arqueRime en arqRime en armeRime en asseRime en asRime en atreRime en auRime en autreRime en aumeRime en audeRime en auleRime en aube
Autres formes de rimes
Une rime est dite : léonine ou double quand elle comprend deux voyelles ou deux syllabes prononcées :
Il pleut ! Cela traverse
Tout le ciel et s'enfuit.
Il pleut ! C'est une averse
D'étoiles dans la nuit.
[...]
Il pleut, il pleut, mon ange!
Courons là-bas! Je veux
De cette poudre étrange
Poudrer tes blonds cheveux.


Jean Richepin, Les caresses
? Rimes léonines /?v??s/ et /?vø/

Une rime est dite : trisyllabique lorsqu'elle englobe au moins une voyelle de plus que la rime disyllabique :
Une fraîcheur de crépuscule
Te vient à chaque battement
Dont le coup prisonnier recule
L'horizon délicatement.
Stéphane Mallarmé, Poésies
? Rime trisyllabique /at?m?~/
La femme a la priorité,
Il a la postériorité

L'esthète.
Henry Jean-Marie Levet, Poésies et chansons
? Rime trisyllabique /j?rite/
Quelques rimes célèbres
Rime plate
Les rimes sont plates (ou suivies) lorsqu'elles se suivent simplement par groupe de deux ? AABB :
Gérard de Nerval, Petits Châteaux de Bohême, Politique, 1852
Dans Sainte-Pélagie, (A)
Sous ce règne élargie, (A)
Où rêveur et pensif, (B)
Je vis captif, (B)
Rimes croisées
Les rimes sont croisées (ou alternées) en cas d'alternance deux par deux ? ABAB :
Jean de La Fontaine, Fables, I
Maître Corbeau, sur un arbre perché, (A)
Tenait en son bec un fromage. (B)
Maître Renard, par l'odeur alléché, (A)
Lui tint à peu près ce langage : (B)
Rimes embrassées
Elle est embrassée quand elle est encadrée par une autre ? ABBA :
Louis Aragon, Extrait du poème La guerre et ce qui s'en suivit
Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles (A)
Jeune homme dont j'ai vu battre le cœur à nu (B)
Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus (B)
Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille (A)
[A = /ij/, B = /y/]