Les rimes de gaîté



Rimes avec gaîté

Définition de gaîté |

Définition:

° Belle humeur. - À mon sens la gaieté vaut presque la sagesse. — (Imbert, Jaloux sans amour, I, 6.) - Ce pauvre diable ainsi parlant Mettait en gaieté tout l’hospice. — (Pierre Jean de Béranger, Ange gardien.) - Quelques pages plus loin, vous retrouverez la vivacité impétueuse de Lovelace, son incorrigible folie, et cette gaîté non plus du vice, mais du remords qui cherche à s’étourdir. — (Villemain, Litt. fr. XVIII(e) siècle, 1re leçon.) ° Avoir de la gaieté dans le style, écrire d’une manière agréable et enjouée. ° Vivacité de belle humeur franche et communicative. - Les hommes mêmes nont pas en Perse la gaieté qu’ont les Français. — (Charles-Louis de Secondat Montesquieu, Lett. pers. 34.) - Le vrai caractère de la gaieté italienne, ce nest pas la moquerie, c’est l’imagination. — (Anne Staël-Holstein, Corinne, VII, 2.) - Cette gaieté qui ne tenait en rien à la moquerie, mais seulement à la vivacité de l’esprit, à la fraîcheur de l’imagination. — (Anne Staël-Holstein, ib. II, 2.) ° Pointe de vin. On commençait à être en gaieté. ° Ce cheval a de la gaieté, il a de la vivacité. ° On dit aussi : ce cheval est gai. ° Paroles, actions gaies, folâtres. - Ce sont des jeux de mains et des gaietés incroyables. — Marquise de Sévigné, 264. - Cent escapades aussi fortes passèrent pour des gaietés et des gentillesses agréables. — Louis de Rouvroy, 259, 219. ° Une gaieté, petite pièce de théâtre ou autre, destinée à faire rire. - Une petite gaieté qu’il s’était permise au théâtre de Fontainebleau, en y tournant en ridicule, dans un prologue de sa façon, les gentilshommes de la chambre, les lui avait aliénés. — Jean-François Marmontel, Mém. VI. - Verre en main, Jean le vigneron Chantait les gaietés de Piron. — (Pierre Jean de Béranger, Nourrice.) ° De gaieté de cœur, loc adv. De propos délibéré et sans sujet. - Les personnes qui écrivent de gaieté de cœur et seulement pour dire des gentillesses, ne sont pas excusables de ne m’avoir pas fait cet honneur de ne m’avoir pas écrit. — Vincent Voiture, Lett. 19. - Il m’attaque de gaieté de cœur pour se faire connaître de quelque façon que ce soit. — Molière, lImpromptu, 3. - Cest une licence que prennent messieurs les poëtes de mentir de gaieté de cœur. — Molière, Comtesse d’Esc. 1. - Troubler de gaieté de cœur la fortune d’une personne. — Marquise de Sévigné, 384. - Les juges du chevalier de la Barre ont été des monstres sanguinaires de gaieté de cœur. — Voltaire, Roi de Prusse, 268. - Celui qui va se battre de gaieté de cœur. — Jean-Jacques Rousseau, Hél. I, 57. - Leur ineptie, comme le dit très bien Votre Majesté, fera gagner aux Allemands et aux Hollandais l’argent que la France perdra de gaieté de cœur. — (Jean le Rond DAlembert, Lett. au roi de Pr. 16 fév. 1782.) (-ortho-alt-) gaité (ortho1990)


Toutes les rimes : Rimes riches, rimes suffisantes, rimes pauvres) avec gaîté
Rimes riches ou suffisantes avec gaîté
admettaient | admettais | admettait | admettez | affétées | affrété | affréter | affrétez | allaitais | allaitait | allaité | allaitée | allaiter | allaités | anti-société | anxiété | anxiétés | apprêtai | apprêtaient | apprêtais | apprêtait | apprêté | apprêté | apprêtée | apprêtée | apprêtées | apprêtées | apprêter | apprêtés | apprêtés | apprêtez | arrêtai | arrêtaient | arrêtais | arrêtait | arrêté | arrêté | arrêté | arrêtée | arrêtée | arrêtées | arrêtées | arrêter | arrêtés | arrêtés | arrêtés | arrêtez | assiettée | assiettées | bonneter | brouettait | brouettée | brouettées | brouetter | casquettés | co-propriété | commettaient | commettais | commettait | commettez | complétai | complétaient | complétais | complétait | complété | complétée | complétées | compléter | complétés | complétez | compromettaient | compromettait | compromettez | contrariété | contrariétés | copropriété | crêtaient | crêté | crêtée | crêtée | crêtées | crêtés | crêtés | débraguetté | débraguetter | débraguettés | décrétai | décrétaient | décrétais | décrétait | décrété | décrétée | décréter | décrétés | décrétez | démettez | dévêtaient | dévêtait | dévêtez | ébriété | écrêtait | écrêtée | écrêter | embêtaient | embêtais | embêtait | embêté | embêté | embêtée | embêtée | embêtées | embêter | embêtés | embêtés | embêtez | émettaient | émettait | émettez | émiettaient | émiettait | émietté | émiettée | émietter | émiettés | émiettez | empiétaient | empiétais | empiétait | empiété | empiéter | empiétez | endettait | endetté | endetté | endettée | endettée | endettées | endetter | endettés | endettés | endettez | enquêtais | enquêtait | enquêté | enquêter | enquêtez | entêtai | entêtaient | entêtais | entêtait | entêté | entêté | entêté | entêtée | entêtée | entêtée | entêtées | entêter | entêtés | entêtés | entêtés | entêtez | entremettait | étai | étaie | étaient | étaient | étais | étais | étais | était | était | été | été | été | étés | étêtait | étêté | étêtés | excrété | excréter | facettés | fêtaient | fêtait | fêté | fêtée | fêter | fêtés | fêtez | fouettaient | fouettais | fouettait | fouetté | fouetté | fouettée | fouettées | fouetter | fouettés | fouettés | fouettez | frétait | frété | frétée | fréter | gaieté | gaietés | gaîté | gaîtés | girouettait | guettai | guettaient | guettais | guettait | guetté | guettée | guettées | guetter | guettés | guettez | hébétait | hébété | hébété | hébété | hébétée | hébétée | hébétée | hébétées | hébétées | hébétés | hébétés | hébétés | impiété | impiétés | impropriétés | inquiétai | inquiétaient | inquiétais | inquiétait | inquiété | inquiétée | inquiétées | inquiéter | inquiétés | inquiétez | interprétai | interprétaient | interprétais | interprétait | interprété | interprétée |
Rime pauvre - Une rime est dite : pauvre lorsque le seul phonème rimant est la voyelle tonique finale :
Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux

Baudelaire, op. cit.
? Rime pauvre /o/ (un phonème).
Rime suffisante - Une rime est dite : suffisante lorsque deux phonèmes seulement sont répétés (dont la dernière voyelle tonique) :
Si mystérieux (avec diérèse : /misterijø/ et non /misterjø/)
De tes traîtres yeux

Baudelaire, op. cit.
? Rime suffisante /jø/ (deux phonèmes)
Rime riche - Une rime est dite : riche lorsque la répétition porte sur trois phonèmes ou plus (incluant la dernière voyelle tonique) :
D'aller là-bas vivre ensemble !
[...]
Au pays qui te ressemble !

Baudelaire, op. cit.
? Rime riche /s?~bl/ (quatre phonèmes) ;




Formulaire de recherche d'une rime Trouver des rimes
Saisissez simplement un mot pour trouver sa rime et validez sur Chercher.



gaîté
Etendez votre recherche :
Citations gaîté | Phrases gaîté | Poèmes gaîté | Proverbes gaîté | Citations sur gaîté | Rime avec gaîté |


Rime en aRime en ableRime en abRime en arbreRime en aceRime en acRime en acleRime en acreRime en acreRime en adRime en adeRime en afeRime en afRime en agRime en ageRime en agneRime en agueRime en aireRime en aimeRime en aineRime en ainRime en ailleRime en aiseRime en aiRime en ailRime en aitreRime en aitRime en akRime en aqueRime en alRime en aleRime en alleRime en ameRime en amRime en amourRime en ambreRime en alexandrinRime en aldRime en ateRime en allemandRime en anRime en anglaisRime en antRime en anteRime en aneRime en ancheRime en angeRime en anseRime en apeRime en apRime en aqueRime en arRime en areRime en ardRime en ardeRime en arleRime en arlRime en arqueRime en arqRime en armeRime en asseRime en asRime en atreRime en auRime en autreRime en aumeRime en audeRime en auleRime en aube
Autres formes de rimes
Une rime est dite : léonine ou double quand elle comprend deux voyelles ou deux syllabes prononcées :
Il pleut ! Cela traverse
Tout le ciel et s'enfuit.
Il pleut ! C'est une averse
D'étoiles dans la nuit.
[...]
Il pleut, il pleut, mon ange!
Courons là-bas! Je veux
De cette poudre étrange
Poudrer tes blonds cheveux.


Jean Richepin, Les caresses
? Rimes léonines /?v??s/ et /?vø/

Une rime est dite : trisyllabique lorsqu'elle englobe au moins une voyelle de plus que la rime disyllabique :
Une fraîcheur de crépuscule
Te vient à chaque battement
Dont le coup prisonnier recule
L'horizon délicatement.
Stéphane Mallarmé, Poésies
? Rime trisyllabique /at?m?~/
La femme a la priorité,
Il a la postériorité

L'esthète.
Henry Jean-Marie Levet, Poésies et chansons
? Rime trisyllabique /j?rite/
Quelques rimes célèbres
Rime plate
Les rimes sont plates (ou suivies) lorsqu'elles se suivent simplement par groupe de deux ? AABB :
Gérard de Nerval, Petits Châteaux de Bohême, Politique, 1852
Dans Sainte-Pélagie, (A)
Sous ce règne élargie, (A)
Où rêveur et pensif, (B)
Je vis captif, (B)
Rimes croisées
Les rimes sont croisées (ou alternées) en cas d'alternance deux par deux ? ABAB :
Jean de La Fontaine, Fables, I
Maître Corbeau, sur un arbre perché, (A)
Tenait en son bec un fromage. (B)
Maître Renard, par l'odeur alléché, (A)
Lui tint à peu près ce langage : (B)
Rimes embrassées
Elle est embrassée quand elle est encadrée par une autre ? ABBA :
Louis Aragon, Extrait du poème La guerre et ce qui s'en suivit
Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles (A)
Jeune homme dont j'ai vu battre le cœur à nu (B)
Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus (B)
Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille (A)
[A = /ij/, B = /y/]